Publié le 26 décembre 2020

Picture of Rédaction IJFR

Rédaction IJFR

ACTUALITÉ

Epidaure-CDS, un projet ambitieux tourné vers l’humain

On y voit désormais un peu plus clair dans le projet collectif que pourraient mettre en œuvre les centres de santé dans le cadre de l’article 51.  Un projet disruptif sinon rien, telle pourrait être  la devise du projet, dénommé désormais Epidaure-CDS dans sa version finale.

Fini le paiement à l’acte, place aux forfaits

De quoi s’agit-il ? Pour les centres de santé participants il s’agirait d’abandonner les recettes des actes individuels facturés au fil de l’eau, et de les remplacer par un ou des forfaits annuels, par individu ou population pris en charge.

Soyons concret, parlons budget. Pas question pour les centres de santé de sortir perdants de l’aventure, il faut que les nouvelles recettes globales  de chaque centre de santé soient au moins équivalentes aux anciennes recettes à l’activité, et que les prestations nouvelles et les contraintes nouvelles et leurs coûts (l’évaluation, les vérifications,…) soient intégralement compensées. Supposons ces conditions remplies et poursuivons le raisonnement.

Un forfait, pour faire quoi ?

C’est ici que l’histoire pourrait commencer à devenir intéressante.

La pertinence des prescriptions

Nous avons déjà évoqué sur ce site l’amélioration de la pertinence des actes et des prescriptions, et la nécessité d’y travailler au sein des équipes et avec des partenaires notamment hospitaliers. Vaste chantier, aux enjeux tellement larges (qualité, sécurité, pertinence, économie,…) que toute  action allant dans le bon sens, même limitée, aura des répercussions positives, parfois considérables chez certains patients vulnérables.

Les consultations non programmées

Organiser la réponse aux demandes de soins non programmés des patients pris en charge au centre de santé, quel bel enjeu. Répondre aux attentes certes, mais aussi éduquer, expliquer, diffuser les connaissances sur la prévention et les conduites à tenir dans différentes situations. Grave ? Pas grave ? Un conseil téléphonique, médical ou para-médical, peut parfois suffire. En cas de doute, chaque malade préfèrerait garder son temps libre pour  autre chose que d’aller attendre en salle d’attente au cas où.

De nouvelles dynamiques d’équipes au service de la satisfaction des patients et des professionnels

Mieux s’organiser  dans chaque centre de santé c’est évidemment possible, même si beaucoup a déjà été fait. Mais pourquoi ne pas réfléchir à des mutualisations de moyens entre centres de santé voisins ? Peut-on  imaginer en équipe des prestations nouvelles ? De l’éducation pour la santé, individuellement ou en groupe ? De la prévention ? De l’accueil, du conseil et de l’orientation ? Par des personnels et des professionnels formés, supervisés, dans le cadre de véritables équipes de santé. En confiance.

Qui pourrait aujourd’hui affirmer qu’en matière de sérénité, de qualité et de sécurité des soins, le niveau de satisfaction des patients et des professionnels a atteint un optimum insurpassable ?

Merci de remplir les informations afin de recevoir le fichier PDF