Pour les équipes de l’IJFR, 2021, année zéro des expérimentations tarifaires

Comment passer d’un modèle traditionnel, hérité de la charte de la médecine libérale de 1927 et de ses 9 conventions libérales filles, en silo, centrées sur les professions, à un modèle centré sur les patients ?

Passer à un modèle répondant aux attentes des patients. Au service de la santé publique et inscrit dans le service public. Adapté à chaque territoire et à chaque population. Prenant la question sociale à bras le corps.

Les leviers d’action ne sont pas si nombreux. Ils sont au nombre de trois.

La formation serait le premier levier

La formation initiale et continue pourrait un jour devenir un levier efficace, lorsqu’elle enseignera l’attention au patient et à ses parcours, bien au delà de l’indispensable attention à la maladie.

L’envie de bien faire, est une valeur sûre

L’envie de bien faire, ce que les économistes appellent la motivation intrinsèque des individus. Elle constitue un autre puissant levier. Encore faut-il que les professionnels exercent dans un cadre favorable à son épanouissement. C’est tout l’enjeu du management des équipes de soins, et du respect des professionnalités.

Le levier économique ? Eh bien oui !

Reste le levier économique, et ses règles du jeu tarifaire et budgétaire. Puissant levier, il est jusqu’ici plutôt connu pour ses effets négatifs. On pense au paiement à l’acte en ville et à la T2A à l’hôpital, bras armé de la bataille idéologique contre le mythe du trou de la sécu. Deux ou trois décennies de croyances libérales et de new public management, remises en cause en quelques semaines d’une pandémie ouvrant la voie à des changements. Quoi qu’il en coûte ? La page est-elle vraiment tournée ? L’avenir nous le dira.

C’est justement ce levier économique qu’ont choisi de mobiliser les équipes des centres de santé Epidaure-CDS. Remplacer le paiement à l’acte par une rémunération forfaitaire (PEPS). Mettre en place de nouveaux services aux patients, favoriser le travail en équipe et la qualité des soins y compris à l’occasion de parcours hospitaliers (IPEP). Les équipes Epidaure-CDS ont écarté tout intéressement financier individuel et choisi la mutualisation des ressources. Mutualisation au sein de chaque CDS pour PEPS. Mutualisation au niveau d’Epidaure pour IPEP. Choix assumé de bannir toute forme de prime. Choix de favoriser les dynamiques de projet et les dynamiques d’équipes. La qualité ne justifie pas de supplément de rémunération, elle est simplement un dû. Pour tous les patients.

Les limites des expérimentations article 51

Les expérimentations nationales PEPS et IPEP constituent un premier pas dans la bonne direction, malgré leurs évidentes limites. Comment comprendre que le forfait soit limité aux seuls actes de MG et IDE ? Et les soins dentaires ? Et les spécialistes ? Et l’imagerie médicale ? Et pourquoi, en y réfléchissant bien, ne pas inclure les médicaments ? Les équipes Epidaure-CDS le proposent, l’idée est sur la table. Autre faiblesse de ces expérimentations articles 51, une impression de flou. Se mettre en chemin et expérimenter, c’est bien. Définir la cible et identifier les étapes à franchir pour l’atteindre, ce serait mieux. Où est le débat de fond ? Dans cette perspective, on prendra connaissance avec intérêt de points de vue comme ceux de Laurent Chambaud ou Brigitte Dormont.

Plus de détails sur le programme de travail de l’IJFR ? C’est ici